Je ne te déteste pas, je déteste que je t'aime toujours

Julian Bialowas

Je ne te déteste pas. Comment pourrais-je? Je ne pense pas que je pourrais jamais, pour être honnête. Avec toute notre histoire et avec tous nos souvenirs, je suis incapable de vous haïr. Avec tous nos mots prononcés, nos lettres écrites et notre million de «je t'aime» que nous avons crié, je ne pourrais pas et je ne voudrais jamais te haïr.

Je déteste juste que je continue aimer vous.

Il est même difficile de sentir mes doigts taper ça. C’est comme si les os de mon corps ne voulaient toujours pas l’accepter non plus. Cela fait tant de jours, et pourtant, je pense encore à qui nous étions. De qui tu étais autrefois quand tu étais avec moi. Je rêve toujours de toi. Et quand je le fais, je passe le reste de la journée à me demander où vous êtes et ce que vous faites maintenant.

Je parie que vous dites à quelqu'un d'autre que vous les aimez. Et je parie que vous le pensez. C’est la partie la plus triste. Est-ce que vous le pensez vraiment vraiment.

Mais tu le pensais quand tu me l'as dit aussi.

Ne vous inquiétez pas, je n’essaierai pas de vous reconquérir. Ou essayez de vous briser les pensées de moi dans votre tête. Je ne vais pas proposer un plan sournois pour voler là où vous êtes. J'en ai fini de prétendre qu'il y aura jamais un «toi et moi» parce que je sais qu'il n'y en aura plus jamais.

Je déteste juste que tu sois toujours branché dans mon cerveau. Je déteste que j'écris sur vous tout le temps. Je déteste que quand tu me parles d'elle, je devienne jaloux. Je déteste devoir marcher près de l'endroit où nous avons eu notre premier baiser presque tous les jours. Et je déteste que je déteste ça.



J'aimerais pouvoir me sentir comme un être humain normal. Les gens normaux ne progressent-ils pas plus vite? Passent-ils pour de bon? Oublient-ils le passé? Je parie qu’ils ne rêvent pas de leur ancien amant. Mais peut-être, c’est parce qu’ils n’avaient pas un amour normal.

Ce que nous avions n’était pas normal. C'était fou. C'était un genre d'amour addictif, exagéré, je ne peux pas vivre sans toi.

J'essaye parfois de me convaincre que je ne t'aime pas. Je suppose que c’est vrai d’une certaine manière. Je ne suis pasdansaime plus avec toi. Je n’aime pas qui vous êtes maintenant, car je vous connais à peine.

Mais je sais que j'aime toujours le toi qui m'aimait.

Et j'aime le toi qui m'a traité comme de l'or. Et j'aime celui qui a pleuré quand tu m'as quitté.

Je ne te déteste pas d’être parti. Je n’en veux pas. Je ne déteste pas que vous soyez avec quelqu'un d'autre. Je sais juste que je porterai toujours l'amour pour la personne que vous étiez autrefois. Et la personne qui ne m'aurait jamais laissé partir.

Merci de me faire sentir toujours en sécurité. Merci de m'aimer pendant tant d'années. Et merci de m'avoir permis de t'aimer si fort, que je ne pourrais jamais te détester. Et merci de m'aimer si fort, pour que je puisse toujours aimer le gars que tu étais.