La dépression a un moyen de faire de moi la version la plus heureuse et la plus triste de moi-même

Pensée.est

Si vous me regardez, vous ne saurez jamais que le mot dépression est ce nuage invisible qui plane au-dessus de moi.

Si vous faites défiler mon Instagram, vous ne me verrez jamais publier sur mes «mauvais jours». Vous verrez mes parties préférées de ma vie et les moments où je suis vraiment heureuse. Ce sont les moments que j'aime capturer et partager avec les gens.

Si vous me parlez, vous remarquerez à quel point chaque conversation est positive. Vous remarquerez à quel point tout ce que je dis est motivant et une tentative courageuse de vous remonter le moral.

Je ne parlerai pas de choses tristes ou de négativité. Parce que la vérité honnête est que je ne suis pas triste tout le temps, mais quand ces moments se produisent, ils sont horribles et la seule chose que je voudrais partager avec qui que ce soit est le fait que j’ai été là aussi.

Vivre avec la dépression ne veut pas dire que je suis la personne la plus triste et la plus négative du monde. Ouais, j'ai mes moments. Des moments que personne ne verra jamais parce que j’ai appris à le gérer, mais j’ai vu tous les hauts et les bas en moi. Et si ces très mauvais moments où je suis seule à pleurer m'ont appris quelque chose, c'est d'apprécier un peu plus chaque bonne journée.

La vérité honnête est que je suis capable de faire sortir les autres des endroits sombres parce que j’ai dû naviguer moi-même dans l’obscurité. J'ai marché seul dans des moments de telles ténèbres mais c'est là que j'ai appris à apprécier la lumière. Je me suis isolé et j'ai repoussé les gens. C'est dans ces moments-là que j'ai appris à chaque fois que je disais à quelqu'un de quitter ce que je voulais vraiment, c'était qu'il reste.



Je n'ai pas peur de m'asseoir avec vous en silence. Je ne pense pas que ce soit inconfortable. Je n’ai pas besoin de vous aider à trouver toutes les réponses. Parce que la vérité sur la dépression est que je ne peux rien y remédier.

Je peux vous aider à le gérer. Mais nous ne pouvons pas y remédier. Nous ne pouvons pas le faire disparaître.

Il y aura des jours qui se faufileront sur moi et me frapperont des genoux. Il y aura des moments où je suis sur le sol en train de pleurer en boule et je n’ai pas la force de me relever. Il y aura des larmes qui inondent tout autour de moi au point où j'ai l'impression de me noyer.

Ensuite, il y a des moments où je reprends mon souffle et je me bats contre cette chose qui essaie de me tirer vers le bas. Il y a des moments où je me sens aveugle dans l'obscurité et cela me fait courir plus vite vers la lumière. Il y a des moments où je me sens si seul mais je dois me souvenir que cette solitude est un mensonge qui tente de me paralyser.

La dépression peut faire de moi ma meilleure pire personne sur une période de 24 heures. Je peux passer de pleurer mes yeux effrayés à ressentir cela, à m'en éloigner, à avancer et à essayer à nouveau.

Et c’est là que je vois la force dans un reflet qui pourrait être rempli de larmes noires qui me regardent.

C’est souvent juste après mes pires moments. Je deviens mon meilleur moi. C’est vraiment sa beauté.

La dépression est une montagne russe de ces émotions que j'aimerais pouvoir contrôler, mais en réalité, c'est juste une course que j'ai appris à ne pas avoir peur.

N'ayez pas peur de tous les mauvais jours.

Ne vous sentez pas coupable quand ils vous envahissent.

Ne vous sentez pas moins pour pleurer quand vous en avez besoin, même si vous ne pouvez pas comprendre pourquoi.

Parfois, cela arrivera simplement.

Mais ces émotions, ces jours-là, ne durent pas.

Les hauts et les bas viendront. Et peut-être qu'ils viennent beaucoup plus violemment et brusquement que la personne moyenne. Mais c'est d'accord.

La dépression ne me définit pas mais comment je rebondis.