Beauté de base : les sourcils de Hilary Rhoda

QUI : Hilary Rhoda, le modèle basé à New York

QUEL: « J'ai eu des sourcils épais toute ma vie. Les gens me disaient que je ressemblais Brooke Boucliers avant même de savoir qui c'était. Quand je suis arrivé au collège, toutes les filles ont commencé à prendre la pince à épiler de leurs sœurs aînées et à les plumer. J'étais tenté, mais ma mère m'a toujours dit de ne jamais les toucher. Je suis content de l'avoir écoutée. En fait, c'est en fait un miracle que je sois sorti indemne parce que c'était à cette époque des années 90 où les sourcils fins comme un crayon étaient le look.

LORSQUE: 'Ils ne poussent pas vraiment en dehors de leur forme, donc je n'ai jamais eu à faire de filetage ou d'épilation à la cire ou quelque chose comme ça. Même si à chaque fois que je vais me faire une manucure à New York, les esthéticiennes me demandent si je veux une cire à sourcils et je dis « Non merci ! » Je les épile un peu moi-même. Juste un ou deux poils quand je les vois. La seule fois où j'ai laissé quelqu'un les toucher, c'était quand nous avons tourné la couverture deVogue. Steven Meisel est venu et a commencé à épiler quelques cheveux égarés et j'étais juste comme, 'Très bien, je vais laisser cela se produire. Je lui fais confiance. » Côté toilettage, j'utilise le Gel Fixateur Sourcils Estée Lauder. Je le mets le matin et il tient toute la journée. J'ai aussi cette habitude de les pincer des coins intérieurs aux extrémités pour que tout reste en place.

Hilaire Rhoda

Hilaire Rhoda

Photographié par Craig McDean,Vogue,avril 2013

POURQUOI: « J'utilise mes sourcils pour m'exprimer. Une fois pour un défilé Viktor & Rolf, le maquilleur les a collés et les a recouverts d'un correcteur. Je n'arrêtais pas de froncer les sourcils et vous ne pouviez rien voir. C'était très vide. J'aime aussi mes sourcils parce qu'ils encadrent mon visage et qu'ils sont spectaculaires, ce qui signifie que je peux m'en tirer en portant moins de maquillage ! »